fbpx

Vous le savez déjà, j’adore le tricot, c’est vraiment une passion, mais je déteste tricoter les manches. Comment peut-on aimer quelque chose et pourtant détester une partie du processus. Comment cela peut être possible ?

En effet, je déteste faire les manches. A chaque fois que j’arrive à cette étape dans mes projets tricot, c’est la croix et la bannière pour avancer ! De même lorsqu’il faut faire coutures…On est si proche de la fin et pourtant, on met tellement de temps à faire cette opération ! Je pense avoir compris pourquoi je réagissais comme ça et je vais vous partager ma pensée.

Pour vous expliquer, je vais vous dire ce que je ressens à propos de la cuisine, car je pense que c’est le même scénario qui se joue alors.

Lorsque je cuisine, j’adore planifier mon menu, faire ma liste de course, j’aime tout le processus que la cuisine induit : la découpe, la cuisine, les herbes fraiches, la préparation de la table. En plus, j’adore cuisiner pour les autres. Pourtant, je n’aime pas transporter les courses, je déteste toucher rla viande crue…Je dis que j’aime cuisiner, mais ce que j’aime vraiment, ce sont les moments qui me permettent de m’installer dans une bulle de sérénité. J’aime que le processus soit fluide.

Ainsi, si on revient au tricot, je pense que c’est la même chose. J’aime que le tricot soit fluide. J’aime quand les mailles glissent doucement sur mes aiguilles et que mes rangs avancent sans vraiment y penser. J’aime quand il y a un rythme. Lorsque quelque chose vient perturber le rythme, je ne suis pas vraiment dans cette bulle de sérénité dont je vous ai parlé plus tôt (comme lorsque l’on travaille sur des manches ou que l’on doit faire très attention pour respecter une grille complexe).

Quand il n’y a pas de rythme, je suis plus consciente de ce qui se passe autour de moi. Mon esprit va revenir sur mes inquiétudes ou remarquer le moindre petit son agaçant. Je suis plus distraite….

Je pense que c’est cela : nous aimons tricoter parce que nous aimons la fluidité d’un mouvement. Certaines étapes du processus ne nous sembleront pas fluides, malgré tous nos efforts. Ce qui peut être agréable pour moi et me paraître fluide (le point de riz, rabattre les mailles) pourra être un véritable cauchemar laineux pour quelqu’un d’autre. Cela dépend des mouvements, de votre perception. C’est aussi la raison pour laquelle nous gravitons souvent autour des mêmes types de projets, car nous sommes en recherche perpétuelle de cette fluidité, de ce rythme et de cette sérénité que cela nous apporte. Pour moi, mon rythme de croisière, je le trouve à travers les châles aux motifs simples ou avec le corps des pulls avec des points faciles à mémoriser pour que je puisse continuer sans m’arrêter. Pour d’autres tricoteuses et tricoteurs, ils trouvent une fluidité dans la réalisation de chaussettes ou de bonnets. Tout le monde a son projet préféré.

Je pense qu’être consciente de notre difficulté à réaliser certaines parties peut nous permettre d’être plus patiente lorsque l’on rencontre ces moments. Je sais que je penserai différemment la prochaine fois que je tricoterai des manches, car je me souviendrai de voir le moment de manière différente afin de trouver une fluidité à ce processus. Et si je n’y parviens pas, je pense qu’il faut juste être compréhensif avec soi-même et plus patient aussi ^^

Et vous quelle partie dans le tricot n’aimez-vous pas faire ? Quelles parties préférez-vous ? Y avez-vous déjà pensé ?

16 Commentaires

  • Cathy dit :

    L’étape du montage est quelque chose que je n’aime pas !!!! C’est pour cela que je me retrouve avec des encours !!!! J’adore tricoter comme toi, mais cette étape c’est dingue ! Et pourtant quand l’ouvrage est terminé, quelle satisfaction de voir que c’est fini, joli et que je suis fière de ce que j’ai crée….Belle journée Janaelle et à bientôt sur Insta ! Bises

    • Jaenelle dit :

      C’est ça qui est terrible! Je suis dans le même cas que to quand j’arrive aux manches. Je me retrouve avec deux parties de corps et une demie manche par exemple ^^ Bonne journée à toi aussi et à bientôt sur insta 😉

  • Cathy dit :

    oups !!! Jaenelle (et non Janaelle !) Belle journée !

  • Blatt Samantha dit :

    coucou moi c’est de lever les maille manche col patte de boutonnage peu importe je suis pas alaise mais je pense qu’a force de le faire sa deviendra plus fluide ensuite les côtes quand elles sont trop longue sa me saoul un projet tout en côtes c’est mon cauchemar et sa je maîtrise donc je pense que ça ne me plaira jamais et pour finir les manches j’ai l’impression que c’es very very long . Je pense que c’est parce que pour moi les rangs devrait avancer très vite car il y a moins de maille et en fait… non!! la je passe au 30 cm sur le gaufrette de mama kassy , sa va a peu près puis je vais essayer les 23 cm sur le secret et puis je choisirai après ces deux crash test.
    A côté de sa j’adore choisir un modèle trouver la laine choisir les couleur apprendre de nouvelles technique regarder les poadcasts en tricotant me laisser inspirer par ceux ci j’adore ce monde parallèle plein de zen attitude que représente le tricomonde . bref je m’éclate malgré ces petit blocages. On a touts et toutes des vies tellement rempli que cette passion devient souvent le seul moyens qu’on ai de décompresser même en tricotant pour les autres c’est le moment ou je pense à moi sa fait un bien fou. #viedemaman

    • Jaenelle dit :

      Bonjour Samantha 🙂 Oui je suis certaine que ça viendra 😀 Ne sois pas trop dure avec toi-même 😉 Je suis bien d’accord avec toi ! Le tricot permet vraiment de se détendre malgré ces petites “difficultés”.

  • Marie aude dit :

    Je déteste aussi les manches, je suis justement à cette étape d un gilet et j en peux plus ! !!!

  • Ce que je déteste le plus, c’est l’étape couture, je suis nulle en couture et je n’aime pas du tout cela. Pour les manches (je n’aime pas non plus ) depuis que je tricote en circulaire, c’est mieux et plus rapide , je monte les mailles et hop …

  • Algmiae dit :

    Moi aussi, j’aime tricoter, avancer dans un ouvrage, choisir la laine. Mais je n’aime pas le coudre, ou monter les mailles pour une encolure.
    Probablement parce que c’est ce que je maitrise le moins, parce que ce n’est pas fluide !
    Mais quel bonheur quand tout est fini !

  • Marie Claire dit :

    Bonjour. J’aime aussi tricoter, et, j’aime tout.. Pour les manches, je les fait toutes les deux ensemble sur la même aiguille. Pour chaque augmentation ou diminution, je mets un fil de laine en repére. Plus besoin de compter, les rangs, je visualise tout de suite.. Et pour les coutures, je me suis entraînée avec des échantillons à faire les coutures selon les méthodes conseillées. Aussi, c’est un défi à relever qd je commence les coutures, il faut qu’elles soient le moins visibles possible.. Je vois mon tricot prendre forme, c’est le moment où le résultat apparaît… Comme un paquet cadeau que l’on ouvre… Tout est bon ds le tricot…

  • Nini dit :

    Je n’aime pas les manches non plus et pourtant je me débrouille bien en magic loop je fais les manches avant le corps on est débarrassé tout de suite c’est moins lourd ensuite

  • MB2 dit :

    En ce moment, depuis plusieurs mois, en fait, je tricote des lavettes et j’aime bien çà. Ce n’est pas grand et je découvre le dessin à mesure que le tricot avance. Ce sont des lavettes-mystère.
    J’aime beaucoup faire des choses qui demandent de regarder les explications tout le temps. Quand mes enfants étaient petits, j’adorais leur faire des pulls paysage. Une préparation un peu longue, mais ensuite, ça allait tout seul.
    Dans quel coin habites-tu ? J’ai vu que tu parlais de mistral. Je suis dans le 34 et il souffle souvent par ici.
    Bonne continuation, bisous MB2

    • Jaenelle dit :

      Bonjour MB2 c’est sympa cette idée de lavettes mystères ! 😉 Bien vu pour le Mistral ! Je suis dans le Gard à Nîmes plus précisément 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Praesent elit. risus id, dolor Aenean id