fbpx

Nous sommes si souvent distrait de la vie que nous voulons vivre. Dans ce monde où la distraction est reine par les médias, où le silence et le calme effraie certains d’entre nous, nous tentons de nous protéger de tout cela avec toujours plus de bruit et d’occupations frénétiques. Nous gaspillons notre énergie dans une vie où notre attention ne nous appartient plus. Une vie, où tout ce que nous recherchons est impossible à atteindre en raison du bruit ambiant tout autour de nous. Certains s’accrochent à des vies superficielles remplies de désir (désir d’argent, désir de plus, désir de ce qu’on les autres, désir de ceux que vivent les autres) sans se rendre compte qu’ils sont l’origine de leur souffrance.

Nous passons une grande partie de notre vie à regarder les vies qui nous entourent sur Instagram ou sur Facebook, nous sommes si distraits que certains se prennent des poteaux en pleine figure tant ils sont absorbés par les écrans.

Au lieu de la caverne de Platon, nous créons chacun notre petite caverne et vivons dans un monde d’images vacillantes dépourvues de substance réelle. Nous mettons littéralement notre monde actuel à l’écart, avec toute sa robustesse et son caractère brut, et nous adaptons tout ce qui se passe dans un monde virtuel de sons, de photos et de vidéos que nous transportons dans nos poches.

Au lieu de la caverne de Platon, nous créons chacun notre petite caverne et vivons dans un monde d’images vacillantes dépourvues de substance réelle. Nous mettons littéralement notre monde actuel à l’écart, avec toute sa beauté et son caractère, et nous adaptons tout ce qui se passe dans un monde virtuel de sons, de photos et de vidéos que nous transportons dans nos poches.

Nous ne réagissons pas seulement aux choses extérieures, nous créons nous-mêmes continuellement des distractions. Nous les cuisinons et les maintenons. Ils sont nos compagnons, nos animaux de compagnie. C’est la raison pour laquelle tant de personne n’aiment pas être seule ou ne supportent pas le silence.

Nous avons oublié comment vivre sans elle. Nous avons oublié que nous n’avons pas besoin de vivre cette vie de distraction et nous avons oublié que nous avons le choix de ne pas y participer. Que pour vivre la vie à laquelle nous aspirons, nous devons sortir du flux continu de la technologie de l’information et de l’activité et être actifs dans nos vies.

Je ne suis pas immunisée…Moi-même, je cède parfois à ce bruit ambiant, à regarder une vie qui n’est pas la mienne. Parfois, j’oublie que j’ai le choix et je me laisse porter par le courant.

Nous devons être actifs dans nos propres vies. Je dois créer la vie que je veux, car ce qui se cache derrière ces distractions sans fin est l’espace illimité de l’esprit éveillé et créatif.

Bien que la méditation et le yoga soient les premiers outils pour atteindre cette vie, je souhaite mettre encore plus, toujours plus mettre la main à la pâte en utilisant la création comme clé d’une vie meilleure.

Je sais que ma pratique est l’antidote de la distraction, du désir et du mécontentement, car la fabrication à la main, contient toutes les compétences, les qualités et les techniques nécessaire à une belle vie. En effet, lorsque vous savez comment exploiter pleinement ce flux ouvert et créatif, ses qualités bénéfiques peuvent s’étendre à tous les domaines de votre vie.

Créer nous permet d’accéder au moment présent. La création, c’est ce moment de calme où l’étant de créativité dans lequel on se trouve, se suffit à lui-même et où nous n’avons besoin de rien d’autres que cette laine qui file dans nos doigts, que ce tissu qui se plie, de ces aiguilles qui semblent virevolter. Je suis alors exactement à la place où je souhaiterais être. Je me sens parfaitement bien, je suis présente.

La création nous offre un sens que nous avons perdu. Elle recèle nos valeurs, nos pensées, nos émotions, notre personnalité tout ce qui fait ce que nous sommes. Elle est le résultat visible de notre courage, de notre pratique, de nos succès et de nos échecs.

Peut-être que la chose la plus importante que l’on peut offrir aux autres et que l’on peut s’offrir, c’est le silence. Pas le silence rempli de critiques non avouées ou de jugements. Je parle des silences qui deviennent des refuges de calme, où chacun est accepté tel qu’il est. Ce silence, nous pouvons le retrouver dans la création. La création, nous connecte à nous, aux autres. Il semble que l’on ait oublié cela et il est peut-être temps de revenir à cette action spontanée.

N’oubliez jamais que vous n’êtes jamais prisonniers car il y a constamment des opportunités pour la création, les défis et l’improvisation. Soyez créatifs !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

leo. consequat. odio sit quis, id risus. efficitur. in tempus