fbpx

L’autre jour, quelqu’un m’a demandé: “Pourquoi tu t’embêtes à tricoter ?”. La question m’a surprise.

Bien sûr, le tricot n’est pas conventionnel. Cela semble hors de propos dans notre monde industrialisé, mais quand on y arrive, le tricot, comme tous les arts et métiers, consiste à créer.

Avec un peu de laine, deux bouts de bois et vos deux mains, vous pouvez apporter quelque chose d’utile au monde. Du chaos de l’écheveau vient l’ordre et l’utilité sous la forme d’un bonnet ou d’une paire de mitaines. C’est hyper badass non ?

C’est la magie du tricot et de la création réuni. Avec notre imagination et un peu de matière première, on peut apporter un peu de magie et de beauté dans le monde.

Voilà une des raisons pour lesquelles je préfère “m’embêter” à tricoter.

Ce n’est pas juste moi. Depuis la nuit des temps, nos ancêtres ont créé des choses. Certaines étaient nécessaires à la survie, d’autres étaient juste crées pour la beauté en elle-même de l’élément.

Il n’y a qu’à voir les lampes à huile, les flacons, les vases, les cruches des époques grecques, romaines et égyptienne. Certaines sont d’une finesse incroyable alors qu’en soit, un simple seau en bois aurait pu faire l’affaire. Pourtant, les artisans ont choisi de faire du beau avec les objets utiles.

On aime le processus de création où on ne l’aime pas. Personnellement, j’aime créer, j’aime voir le tricot se former au fil de mes aiguilles et je crois que c’est pour tout cela que je “m’embête à tricoter” alors que je pourrais gagner du temps (et de l’argent) à acheter mes pulls dans n’importe quelle enseigne de prêt à porter comme toutes les autres filles de mon âge.

Je pense que nous vivons dans un monde où l’on ne prend plus le temps des choses. On doit cuisiner vite, gagner du temps sur toutes nos tâches, tout doit aller vite. On ne prend plus le temps de profiter des processus traditionnels comme le faisaient nos grands-parents ou nos arrières-grands-parents. Je me rappelle que ma grand-mère avait toujours tendance à se mettre à la cuisine très tôt afin de prendre le temps de préparer le repas. Mon grand-père prenait le temps de cultiver ses légumes et ses fruits alors qu’il aurait bien pu aller au supermarché en chercher. De même pour les oeufs et toutes les autres denrées.

Tout doit aller de plus en vite, tout cela pour quoi au final ? Pour pouvoir s’octroyer un peu de temps devant la télévision, l’ordinateur, la console ou sur le téléphone à scroller sur instagram afin de rêver à une vie plus tranquille ?

Le tricot, c’est le commencement d’une nouvelle façon de voir la vie selon moi. C’est la révolution du temps contre la recherche de gain de temps.

4 Commentaires

  • Stéphanie dit :

    Je suis tellement d’accord avec toi. Je tricote peu, et très lentement. J’ai cette effroyable tendance à procrastiner et dans nos vies bien remplies, j’ai parfois du mal à prendre ce temps pour moi aussi.
    Mais pour rien au monde je n’arrêterais de tricoter (ou de broder, ou de coudre). D’abord, ça me détend. Et puis quel sentiment de bien être lorsqu’on arrive au bout d’un projet. C’est une telle satisfaction, ça donne confiance en soi. Pour rien au monde je ne me priverais de ces sentiments-là. “S’embêter à tricoter”, ça doit être quelqu’un qui n’y a jamais goûter 😉

    • Jaenelle dit :

      Bonjour Stephanie et merci de ton commentaire ! 🙂 On est bien d’accord ! Haha c’est vrai qu’il s’agissait d’une personne qui n’a jamais tricoté, tu es devin ma parole ! 😛

  • marion dit :

    Je suis complètement d’accord avec toi ! j’ai souvent eu ce type de remarque de la part de personnes ne tricotant pas 🙂 maintenant j’aurai plein d’arguments , très bel article , merci 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

dolor. ipsum tristique consectetur suscipit id Phasellus libero efficitur. at