fbpx

Même s’il s’agit d’un simple trait au crayon réalisé sur un bout de papier, il est essentiel pour ton tricot que tu saches où tu en es dans ton patron. C’est pour cette raison que les compteurs de rang sont des outils aussi utiles (petits ne veut pas dire inutile) pour les triconautes. 

Tu as de nombreuses options à votre disposition et aujourd’hui il existe une multitude de comptes-rangs : des numériques, des mécaniques, des qui se glissent sur le bout de l’aiguille et même d’autres que tu peux créer par toi-même.

Les rangs perdus ? C’est de l’histoire ancienne ! Alors, on s’y met ?

Qu’est-ce qu’un compteur de rang ?

Les compteurs de rang sont de petits instruments utilisés pour t’aider à garder une trace de la ligne à laquelle tu es dans ton modèle de tricot. L’idée est simple : lorsque tu termines une rangée de ton modèle, tu ajoutes une marque à ton compteur. Cela t’aide à te situer dans le modèle et te permet de prévenir les erreurs potentielles. 

Les compteurs sont des outils très utiles dont presque chaque tricot a besoin à un moment donné. Les patrons avec de nombreuses répétitions simples, comme une écharpe au point mousse, ne nécessitent pas de compteurs de rangs. Cependant, on peut commencer à se perdre lorsque les motifs se complexifient avec des torsades, de la dentelle ainsi que dans les modèles demandant plus de précisions comme certains pulls. Il existe trois variétés de compteur de rangs.

Le compteur de rang rond

C’est le plus traditionnel. Il a un petit trou qui lui permet d’être glissé facilement jusqu’au bout de l’aiguille. Il reste au bout de l’aiguille et vous pouvez tricoter normalement. Lorsque vous arrivez à la fin de la rangée, vous tournez simplement la roue sur le côté droit pour faire apparaitre le numéro suivant. Ils sont souvent vendus par paires : un pour les petites aiguilles et un autre pour les grandes aiguilles.

Le compteur de rang Kacha Kacha ou cliqueur

Le kacha-kacha a été très populaire. Il a un petit « cliqueur » sur le dessus et un petit trou à l’autre extrémité afin que tu puisses l’enfiler avec un lacet ou un fil. Tu peux le porter comme un collier lorsque tu tricotes. Lorsque tu termines un rang, tu touches le bouton qui fait un petit “clic”. Il se réinitialise très facilement. Le compteur monte jusqu’à 99 et lorsque tu as terminé, il te suffit de le remettre à zéro. Ce dispositif a tendance à être plus gros que les compteurs de rangs ronds que l’on a vu précédemment. Beaucoup d’entre eux ont l’avantage d’inclure un verrou. Il est donc difficile pour quelqu’un de perdre ton compte en jouant avec l’appareil. 

Le compteur de rang électronique

Un compteur de rang électronique, c’est LA solution technologique. Ils peuvent varier d’un modèle à l’autre, peuvent être plus complexes ou plus simples, plus gros ou plus petits. Cependant, beaucoup possèdent les mêmes fonctions de base et conserveront numériquement les rangs que tu réalises. 

La plupart des compteurs de rangs électroniques ressemblent à un chronomètre et sont montés sur un ruban conçu pour être porté autour du cou. D’autres styles incluent un bracelet de montre et une simple pince et même parfois, un anneau qui s’adapte à ton doigt.

Tu trouveras souvent quatre boutons de base : on-off, reset (remettre à zéro), up (augmenter de 1) and down (réduire de 1).

Certains compteurs électroniques doivent rester allumés pour tout le projet (même lorsque tu ne tricotes pas), sinon le nombre de tes rangées sera perdu. D’autres vont stocker le nombre dans leur mémoire et peuvent être désactivés, mais ils sont plus chers à l’achat s’ils ont cette fonctionnalité. La majorité des compteurs de rangs électroniques ont une assez bonne autonomie.

D’autres façons de compter tes rangs

Ces trois appareils ne sont certainement pas les seuls moyens de garder une trace de ta progression dans ton tricot. Les tricoteuses créatives ont imaginé des méthodes uniques pour faire des compteurs de rangs pendant des années. Peu importe la façon dont tu t’y prends, l’important est que tu puisses suivre tes rangs et que tu les utilises réellement.

  • La traditionnelle : un papier, un crayon et basta ! Des petits traits, des carrés, des carrés barrés, tout le monde a sa méthode pour suivre le nombre de rangs réalisés. 
  • Les perles et les bracelets : Des bracelets, de petits glands décoratifs, des perles accrochés, il existe une multitude de possibilités pour créer toi-même ton propre compteur de rang. Il te suffit de taper “row counter diy” sur pinterest et tu pourras trouver des tutos pour créer ces petites merveilles. 
  • Les marqueurs de mailles : fixe-toi une règle comme “un marqueur de maille tous les 5 rangs” et marque tes rangs au fur et à mesure à l’aide de ces petits outils sur les bords de ton tricot. En cas de doute, tu n’auras qu’à compter tes marqueurs et calculer en fonction de la règle que tu t’es fixé au début de votre ouvrage. 

Et toi, comment comptes-tu tes rangs au tricot ? As-tu d’autres astuces ?

6 Commentaires

  • Carmen Désaulniers dit :

    j’ai suivi un motif qui avait 15 rgs, je n’ai pas fait ça souvent, alors j’ai pris des pailles et 2 mini verres et je transférais 1 paille a chaque rang. Ça été efficace. =)

  • Coccinette dit :

    J’utilise l’application tricoton qui permet de compter les rangs mais aussi de gérer les motifs qui se répètent et ainsi toujours savoir à quel rang du motif on se situe.

    • Jaenelle dit :

      Bonjour Cocinette ! 😀 Merci de ton commentaire et du partage de cette application 🙂 J’espère que cela pourra aider des triconautes qui en recherchent 🙂

  • Huguette dit :

    Je passe un fil de couleur contrastée tous les x rgs à 2-3 mailles du bord, où alors lors de chaque croisement de torsade. Lorsque plusieurs torsades de hauteur différente se réalisent sur un ouvrage, c’est pratique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ipsum sit id, non efficitur. vulputate, id eget sed eleifend diam