fbpx

Cette semaine, vous l’aurez compris, dans le sud de la France, nous avons particulièrement souffert de la canicule (jusqu’à 45° par chez moi, autant vous dire que je n’ai pas eu froid avec mon tricot). Heureusement, je ne suis pas là pour vous parler météo aujourd’hui, mais de fibre. Pour cet été, je souhaite créer une nouvelle rubrique : le tour de la fibre. Cette chronique a pour objectif de vous aider à mieux connaître les différentes fibres que nous sommes amenés à utiliser dans nos tricots. J’avais envie de vous faire découvrir un peu plus amplement la fibre de coton qui est terriblement d’actualité en cette période 🙂

La structure de la fibre

Sans rentrer dans des circonvolutions scientifiques trop complexes, je peux vous dire que le coton a fasciné les scientifiques par sa structure multicouche. C’est cette structure de la couche externe en particulier qui a une influence sur les propriétés, le traitement et l’utilisation du coton. Au microscope, une fibre de coton ressemble à un ruban torsadé ou à un tube replié et torsadé. Ces tours sont appelés des convolutions et il en existe environ 60 par centimètres ! Ce sont ces convolutions qui vont donner à la fibre cette surface inégale et augmenter le frottement entre les fibres, ce qui permet de filer des fils de coton fins avec une résistance suffisante. La longueur de la fibre pouvant être obtenue à partir des graines de cotonnier varie de 3 à 63 mm. Les fibres dont la longueur est inférieure à 12 mm ne sont pas considérées comme appropriées pour la filature et n’ont donc aucune valeur commerciale pour l’industrie textile.

Les propriétés du coton

La fibre de coton est l’une des plus importantes fibres textiles naturelles d’origine végétale et représente environ un tiers de la production mondiale totale de fibres textiles. La fibre de coton est creuse ce qui lui donne cette propriété de douceur, fraîcheur, légèreté et qu’elle est considérée comme une fibre respirante et absorbante 🙂 D’ailleurs, saviez-vous que les fibres de coton peuvent contenir 24 à 27 fois leur propre poids ? Contrairement aux fils de laines, les fils de coton sont constitués de cellulose (près de 90% des fibres de coton sont de la cellulose), ce qui rend les fibres plutôt rigides mais aussi solides et durables. L’un des plus gros inconvénients du coton est qu’il n’est pas élastique (il aura donc tendance à s’étirer au fil du temps) et qu’il n’a pas de “mémoire” de forme. C’est pour cette raison que je vous recommande de soumettre vos échantillons à des “test de gravité” afin de voir comment ils réagissent lorsqu’ils sont pendus (les suspendre une journée suffit largement à ce faire un avis). Bien sûr plus un vêtement sera lourd (notamment avec des torsades etc.) plus la gravité aura un impact sur l’étirement de votre vêtement.

Le filage du coton

Le coton se file de deux façons de manière générale. Si les tours sont plus serrés, cela donne un fil plus durable mais moins confortable à porter. Si la fibre est filée plus souplement, cela vous donnera un fil plus doux, mais qui aura tendance à se dédoubler plus facilement. 

Une solution au dilemme apporté par le coton (étirement, rigidité etc.), est que la fibre de coton peut être mélangé à d’autres fils. Le coton peut être complété par exemple d’acrylique afin d’améliorer l’élasticité du fil. Le mélange avec du lin aide à améliorer le drapé du coton étant donné que les fibres de lin sont très résistantes à l’étirement et apporter un drapé plus intéressant.

Qu’est-ce que le coton mercerisé ?

La mercerisation est une façon de traiter le coton pour rendre la fibre plus solide et plus réceptive aux agents de teintures. Après ce processus, vous obtiendrez un fil lisse, très brillant et facile à entretenir. La “mercerisation” nous vient de John Merci qui utilisa l’hydroxyde de sodium pour traiter le coton en 1844. Ce produit chimique a gonflé la fibre et la compresser augmentant ainsi sa résistance à la traction et l’étirement. L’idée a été améliorée par H.A Lowe car le rétrécissement des fibres n’était pas génial. Il a ainsi mis les fibres sous tension pendant le processus afin de réduire le rétrécissement et donner un éclat lumineux au fil. 

Choisir le bon coton pour ses projets

Vous l’aurez compris, la composition des fibres de coton peuvent être plus au moins adaptés à certains projets 😉 

  • Pour une pelote 100% coton non mercerisé, vous serez sur une pelote classique. Elle aura une capacité d’absorption élevée ce qui la rendra idéal pour les éléments ménagers ou destinés aux enfants qui doivent être lavés souvent. Cependant, il s’agit d’un fil plus lourd, légèrement rugueux. Privilégiez donc les projets comme les torchons, les serviettes, la décoration intérieure, les sacs de marché, les jouets, les bavoirs et les vêtements pour enfants. 

 

  • Avec une pelote 100% coton mercerisé, vous aurez un fil qui sera brillant et plus résistant que les variétés non mercerisées. La teinture prendra mieux ce qui vous permettra d’avoir des couleurs plus profondes. Si la structure et la solidité du tricot sont importantes dans votre projet, vous pourrez privilégier le coton mercerisé. Privilégiez les projets comme les napperons, les dessous de verre, les nappes, les rideaux, les châles en dentelles, les écharpes, les vêtements légers. 

 

  • Avec une pelote de coton mélangé à de l’acrylique (généralement, on est sur du 75% coton et 25% acrylique), vous devriez avoir une laine plutôt douce. Elle sera durable et parfaite pour toutes sortes de projets près du corps. La petite quantité d’acrylique ajoutera un peu d’élasticité ce qui facilitera le tricotage. Je vous recommande d’utiliser cette pelote pour des projets comme les vêtements et accessoires pour bébés et enfants, les jouets, les vêtements et accessoires pour adultes, les projets “spa” comme les fleurs de douches, les débarbouiller, la décoration intérieure et les couvertures. 

 

  • Vous pourrez trouver des pelotes de coton mélangé à du modal. Le modal est une fibre artificielle fine issue du hêtre (oui, oui, vous avez bien lu). Le bois de hêtre est transformé en pâte à papier, on extrait la fibre puis on la reconstitue de manière à ce qu’elle puisse être filée. Ces fibres sont lisses et plutôt douces. Le mélange du modal avec le coton aide le fil à rester doux et coloré. Pour ce genre de pelotes, je vous recommande de réaliser des vêtements et accessoires pour bébés et enfants, les jouets, les vêtements et accessoires pour adultes, les éléments de décoration, les couvertures…

 

  • Pour une pelote de coton mélangée à du lin (plus de coton que de lin), cela vous donnera un fil léger, plus résistant et plus doux. Chaque fois que votre projet sera lavé, il deviendra plus doux, ce qui le rendra parfait pour les accessoires de cuisine, de salle de bains ainsi que pour les vêtements pour adultes. Du coup, je vous recommande de réaliser des projets comme les gants de toilette, les essuie-mains, les rideaux, la décoration d’intérieure, les vêtements et accessoires pour bébés, enfants et adultes.

 

  • Si vous avez une pelote de coton mélangé avec du lin (plus de lin que de coton), le fil sera plus léger et aura une belle définition au niveau des points. Les projets que vous tricoterez seront plus doux et plus drapés. Pour ce genre de coton, je vous recommande des projets comme les écharpes et accessoires, les châles, les débardeurs, les t-shirts, les tops d’été…

 

  • Pour les pelotes de coton 100% pima, vous aurez la chance d’avoir un fil très doux, plus résistants que les autres coton. Le coton pima c’est la “soie d’Amérique du sud” ! Il est reconnu comme étant le plus beau coton du monde. Avec ses fibres extras-longues, il est résistant, plus éclatant et se tient incroyablement bien. Il est parfait pour les peaux sensibles. Pour ce coton, je vous recommande des projets comme des châles, des couvertures, des pulls, des cardigans ou gilets, des tee-shirts…

J’espère que cet article vous aura été utile et vous permettra de mieux connaître cette fibre qu’est le coton 😉 Et vous, avez-vous un coton préféré ? Quelle pelote de coton vous utilisez tout le temps ?

Sources :

  • Handbook of Textile and Industrial Dyeing, Applications of Dyes, Volume 2 in Woodhead Publishing Series in Textiles, par M. Clark 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

dapibus risus ipsum ut elit. diam odio