fbpx

Tu as du mal à concilier tricot et écologie ? C’est normal, c’est un chemin pas toujours facile et un peu étrange parfois. Il existe littéralement des milliers de fils différents sur le marché. Comment peut-on savoir si nos précieuses pelotes sont écologiques et ne contiennent pas un produit chimique ou que leur fabrication ne pollue pas notre belle planète ? 

Quelles sont les éléments chimiques qu’il faut absolument éviter tant pour notre santé que pour notre environnement ? 

J’ai fait de nombreuses recherches à ce sujet, car il est important pour moi de savoir comment ma laine est fabriquée, par le biais de quel produit et procédé.

Le problème des fils fabriqués en série

Les textiles et les fils fabriqués en usine à la chaîne utilisent généralement des produits chimiques, du pétrole et de l’énergie à un degré qui n’est pas écologiquement durable, car beaucoup ne sont ni recyclables, ni biodégradables et finissent bien souvent dans les incinérateurs ou les sites d’enfouissement. La production de fibres synthétiques à base de pétrole comme le nylon et le polyester nécessite l’extraction, le raffinement et le traitement de celui-ci. En outre, les usines utilisent une flopée d’additifs toxiques, de colorants et de grande quantité d’eau. Les produits chimiques dangereux couramment utilisés dans l’industrie textile sont le plomb, les arylamines, les phtalates, le nickel, le chrome et formaldéhyde, autant d’éléments qui peuvent vous affecter vous ou vos proches, sans parler de la nature et de la biodiversité. Il faut savoir qu’à chaque fois que le fil acrylique est lavé dans une machine à laver domestique standard, environ 730 000 microplastiques sont rejetés dans l’eau. Bien que les microplastiques soient de taille microscopique, ils s’additionnent rapidement. Des études ont conclu que jusqu’à 85% des déchets synthétiques sur les rivages du monde sont constitués de microplastiques! Il a également été prouvé que l’acrylique, une fois jeté, peut prendre jusqu’à 200 ans pour disparaître complètement. De nombreux fils acryliques contiennent en réalité des agents cancérigènes qui peuvent être absorbés par la peau lorsque les fils sont portés. Les fils naturels ne contiennent pas de tels produits chimiques nocifs. (Bien que dans certains cas, les fils de laine et de coton provoquent des réactions cutanées indésirables dues à des allergies personnelles.)

Bien entendu, je n’accable absolument celles et ceux qui utilisent de l’acrylique et pour vous dire, il m’arrive d’en utiliser, nous ne sommes pas là pour cela. Je pense que c’est néanmoins important d’avoir au moins conscience de cela. 

Ce qu’il faut regarder en priorité

  • Privilégiez les fibres naturelles : les fibres synthétiques sont faites avec du pétrole et beaucoup de produits chimiques comme vous l’aurez compris. Vous devriez les éviter le plus possible (sauf si c’est un choix conscient).
  • Regarder si c’est biodégradable : cela signifie que le fil disparaît facilement dans la nature et peut se dégrader rapidement. Si un fil contient 100% de fibres naturelles, il doit être biodégradable. Malheureusement, il est fréquent que la fibre soit lavée et teinte dans des produits chimiques qui la rendent polluante, car ces produits peuvent dégrader la qualité des sols et l’eau. 
  • Choisir local : si vous le pouvez, c’est une très bonne idée d’investir dans de la laine locale pour réduire les émissions de gaz à effet de serre dues au transport. 
  • Privilégiez le bio : recherchez les fils certifiés bio ou GOTS (Global Organic Textile Standards)
  • Pensez au recyclé : les fils recyclés permettent d’éviter le rejet de certaines fibres textiles synthétiques.

Les fils à éviter

Comment choisir des fils écologiques et durables alors ? De manière générale, évitez les fibres synthétiques (comme le nylon, le polyamide, le polyester et l’acrylique) ou semi-synthétiques (comme le Modal, la viscose et la fibre de bambou). De même, je vous recommande d’éviter les fibres végétales dont la culture requiert l’utilisation de produits chimiques ou de grandes quantités d’eau (comme le coton et le bambou industriels, préférez alors le bio). Enfin, évitez les fils teints et traités avec des produits chimiques.

Mon avis

Tout cela est très compliqué et il est clair que le débat est bien plus épineux qu’il en a l’air. Votre version de ce que vous considérez comme durable et écologique peut différer de la mienne et il n’y a aucun problème à cela. Il n’y a pas de choix aisé et j’ai dû moi-même faire des compromis, choisir de la laine de qualité demandant souvent un budget un peu plus élevé. De l’acrylique, j’en achète encore, même si j’essaie toujours de privilégier la laine de qualité, les laines écologiques, naturelles et durables. Lorsque j’utilise des fibres synthétiques, je veille à les considérer comme des projets à long terme. J’en utilise notamment pour les chaussettes et certains accessoires. Lorsque ces fils sont usés, j’aime à penser qu’il y aura un moyen de les recycler, de récupérer le fil pour un autre projet. Si la laine est 100% naturelle et teinte sans composés chimiques, je la donne à une amie qui la composte et la recycle ou je la détricote et l’utilise pour un nouveau projet. Le débat sur le choix d’une laine vegan ou pas est autre chose et j’en avais déjà parlé dans un précédent article. 

Alors que de plus en plus de personnes commencent à s’interroger sur les impacts environnementaux et éthiques de nos choix de fils, nous devrions nous réconforter avec une partie de l’industrie textile, celle qui se penche sur ces questions depuis plusieurs années déjà. De nombreuses usines utilisent maintenant des procédés de fabrication «en boucle fermée» qui réduisent la pollution, recyclent l’eau et réduisent l’exposition des travailleurs de l’usine aux produits chimiques nocifs. Les fabricants de plastique sont obligés d’envisager des alternatives aux plastiques à base de pétrole et investissent dans des moyens de valoriser les déchets post-consommation. D’autres marques, proposent aujourd’hui des gammes de fils 100% écologiques et respectent des politiques environnementales écologiques et durables. 

Tout ce que je souhaite, c’est que nous commencions à considérer les impacts humains et environnementaux de nos achats, à poser des questions et à prendre conscience de leur fabrication et leur élimination ou recyclage.

2 Commentaires

  • Rizzo dit :

    Bonjour Jaenelle
    Moi aussi je me pose bcp de questions à propos de mes fils de tricotage ,je te suis à 100%.
    Je fais des compromis, mais y en a un que je voudrais laisser de côté car je l utilise tous les jours !que je réalise en synthétique car elles sèchent très vite !j en ai pour tous les nettoyages de la maison donc ça en fait dès micros cochonneries qui se sauvent dans l eau autour de moi bcp de personne font de même ,vais-je me résoudre au coton?
    Bonne journée créatrice

    • Jaenelle dit :

      Bonjour Françoise 🙂 Je te remercie de ton commentaire 😀 En effet, les fibres synthétiques laissent partir beaucoup de micro-plastiques dans l’eau et ces derniers ne sont pas récupérés dans les centrales d’épurations en raison de leur tailles :'( Pour la maison, il vaut mieux privilégier des fibres naturelles et des fibres qui absorbent peu l’eau si possible (je pense que je ferais un article à ce sujet bientôt) 😉 A très bientôt !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aenean efficitur. leo. mi, suscipit sem, dapibus