fbpx

Cela peut sembler paradoxal…Comment ce fil de laine qui nous apporte tant de joie à nous, triconautes, peut-il parfois nous rendre si malheureuses ? En vérité, ce n’est pas vraiment le fil le souci, mais plutôt les erreurs que l’on peut faire avec. En effet, quand j’étais débutante, j’ai fait beaucoup d’erreurs avec mon fil et aujourd’hui, je sais qu’il y a trois erreurs qu’il faut absolument éviter ! Peut-être que tu les fais sans te rendre compte ?

Pas de soucis, je vais te parler de tout ça et toutes ces erreurs pourront être corrigé afin de vivre la meilleure des relation possible avec ta laine la prochaine fois 😉

Les enchevêtrements et les noeuds.

Ah les noeuds…très certainement le fléau le plus commun chez les triconautes. Même la triconaute la plus expérimentée peut subir les malheurs engendrés par les noeuds de pelotes. 

Bien entendu, le moyen d’éviter les noeuds est déjà de manipuler sa pelote avec soin. Chaque fois que tu reçois de la laine, il faut prendre le temps de l’inspecter et de vérifier s’il n’y a pas besoin de l’enrouler. J’ai eu beaucoup de déboires avec les laines industrielles, notamment avec cette histoire de fil que l’on doit récupérer dans le centre de la pelote. Au-delà du fait qu’il faut déjà trouver cette fichue extrémité dans le coeur de ta pelote (j’ai toujours l’impression d’être un chirurgien pratiquant une opération à coeur ouvert quand je la cherche). Une fois que tu l’as trouvé, le fait de la tirer du centre créé irrémédiablement des noeuds ! Aujourd’hui lorsque j’achète des pelotes industrielles, je n’hésite pas à les rembobiner avec mon bobinoir et mon dévidoir parapluie !

Bien sûr, il me semble inutile de vous rappeler l’importance (et surtout la nécessité) de mettre en pelote les écheveaux que vous recevez. Dans ce cas, inutile de chercher, d’inspecter ou quoi que ce soit d’autre : direction le dévidoir ! 

Si tu n’as pas de dévidoir et/ou de bobinoir, tu peux toujours faire ça à l’ancienne en utilisant deux chaises pour tenir l’écheveau et tes petites mains pour enrouler ton fil à la main. 

Si jamais tu as des noeuds, la seule chose que je peux te recommander est la patience avec un oeil de lynx.  La chose la plus importante dont tu as besoin pour démêler le fil est une extrémité de fil, une fin. Une fois que tu as trouvé une extrémité, tu peux démêler à peu près n’importe quoi, simplement en suivant cette fin tout au long de l’enchevêtrement.

Les mites.

Tout d’abord, pas d’inquiétude si tu as uniquement des laines acryliques ou du coton, les mites recherchent les fibres animales en priorité ! Cela inclut la laine, l’alpaga, la soie, l’angora, le cachemire etc. 

Si tu as ces fibres dans ta réserve, il est important de bien prendre tes précautions. La meilleure des précautions est le bon vieux bac plastique : il s’agit certainement de la meilleure ligne de défense contre les mites. Si toutes vos fibres animales se trouvent au même endroit, gardez toujours des sachets de lavande ou des blocs de cèdre à portée de main. Les deux repoussent les papillons de nuit et dégagent une odeur merveilleuse !

Le fil qui n’est plus produit.

Généralement, cela se produit pile lorsque l’on n’a plus assez de fil pour terminer notre ouvrage. 

Pour éviter que cela se produise, je prévois à présent entre 1 et 2 pelotes supplémentaires. Dans tous les cas, tu pourras toujours l’utiliser pour créer d’autres projets assortis (mitaines, bonnets etc.). 

Petit conseil : pensez toujours à vérifier dans toute votre réserve. Parfois, la pelote en supplémentaire est juste bien cachée (histoire vécue). 

Heureusement, toutes ces erreurs en rapport avec la laine sont facilement évitables. Tu peux tricoter en toute confiance à présent. 

Les tricoteuses aiment partager des conseils, en particulier lorsqu’il s’agit de choisir des fils. Lorsque j’ai des doutes sur un fil spécifique, j’essaie de trouver d’autres tricoteuses qui ont pu changer ce fil pour un autre. Beaucoup partagent leurs créations sur les réseaux-sociaux, n’hésitez pas à échanger avec elles : la communauté des triconautes est faite pour ça ! 

Et toi, as-tu déjà fait l’une de ces erreurs ?

12 Commentaires

  • Hello. Alors miss nœuds c’est bien moi. Du coup je bobine et j’ai un bol pour mettre ma pelote quand je tricote. Il m’est arriver de passer une soirée à démêler les nœuds . Et le fil qui ne se fait plus j’ai connu ça. Merci pour ce chouette article.

    • Jaenelle dit :

      Coucou Gwendaelle 😀 C’est vrai que le bol + la pelote c’est parfait si on a tendance à faire des noeuds 😉 Je suis ravie que l’article te plaise en tout cas 🙂

  • danielle dars dit :

    Bonjour, je suis contente d’avoir trouvé ce site, et bien que je tricote depuis 50 ans maintenant, tu imagines mon âge, j’ai toujours besoin d’apprendre. Merci

  • Yvette dit :

    Bonjour,
    Comme j’ai un peu peur de manquer j’ prends toujours plus de laine que ne prévoit le modèle, par contre j’ai un vrai magasin de laine à ,la maison.
    Bonne journée.

    • Jaenelle dit :

      Bonjour Yvette 🙂 Je te remercie de ton commentaire ! Haha oui il vaut mieux prévoir plusieurs pelotes, quitte à en avoir trop après 😛 Au moins, on peut les garder pour d’autres projets !

  • Anne TRAVERS dit :

    Bonjour !
    Pour ma part, j’ai l’habitude de faire ainsi :
    Je prends ma pelote neuve, j’insère doucement un index de chaque côté, dans les deux trous de la pelote, de telle sorte qu’ils se retrouvent bien au milieu, et là, sans problème, j’attrape le bout du fil.
    Je sors un peu de laine grâce au fil que je viens d’attraper et j’en glisse l’extrémité, en passant par l’intérieur, dans le trou que j’ai préalablement fait (à la chignole, tout doucement, sans appuyer) en haut de cloche de Pâques Ferrero Roche d’Or.
    Après quoi, je rentre en hauteur ma pelote de laine à l’intérieur de ladite cloche et replace le couvercle.
    Ainsi, ma laine se dévide sans problème, tient bien près de moi et est à l’abri des poussières etc… jusqu’à ce que je l’ai toute tricotée.
    De plus, je peut voir l’état d’avancement de l’utilisation de ladite pelote et prévoir de placer la suivante dans ma « cloche/dévidoir » quand le moment est venu.
    NB : Je raccorde mes deux pelotes en faisant un « nœud magique » : https://www.youtube.com/watch?v=cC8NPPHxSz0 (à 9:00)
    « Changer de pelote – Partie 1 » de « Joueuse de pelote »

  • NELLY BIENFAIT dit :

    Bonsoir Jaenelle et amies triconautes, ma grand-mère m’ avait appris à aller chercher dans la pelote le bout avec mes index de chaque côté et pas de problème, d’ ailleurs je continue à le faire . Plus de 50 ans de tricot et j’ adore !!!!! toujours envie de jouer avec mes aiguilles, et mon tricot me suit partout. D’ ailleurs je vais m’ y remettre car j’ ai un pull à finir. Bonne nuit à toutes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

commodo Curabitur efficitur. venenatis lectus ut sit felis leo. Sed neque.