fbpx

Aujourd’hui, on continue notre tour de la fibre avec le lin. Cette fibre estivale est surtout connue pour sa légèreté et sa capacité à se froisser rapidement (ah…les joies de s’escrimer à repasser une robe en lin qui sera immédiatement froissée dès que l’on posera nos fesses sur une chaise). Au-delà de cela, le lin est une fibre empreinte d’histoire et très intéressante à connaître. Je vais être sincère avec vous, je craignais de tricoter du lin au début…Je pensais que cela serait très rêche et vraiment pas très agréable sur la peau. J’ai appris à mieux connaître cette fibre, j’ai compris comment la travailler et aujourd’hui, je peux dire qu’elle est un plaisir à tricoter 🙂 C’est parti pour notre tour de la fibre !

La structure de la fibre

Comme dans le dernier article, je vais essayer de ne pas rentrer dans des complexités scientifiques. Nous pouvons déjà dire qu’il s’agit de l’une des fibres naturelles les plus utilisées. C’est un matériau durable cultivé dans de nombreuses régions du monde. 

Il s’agit d’une fibre cellulosique (il est fabriqué à partir des fibres de cellulose qui poussent à l’intérieur des tiges du lin), ce qui rend les fibres de lin 2 à 3 fois plus solide et brillantes que le coton. Elles produisent des tissus absorbants, il peut absorber jusqu’à 20% de son poids avant que l’on commence à le sentir humide. 

Tout comme le coton, les fibres de lin sont creuses ce qui rend cette fibre très intéressante tant pour l’été avec sa respirabilité que pour l’hiver où il retiendra parfaitement la chaleur. C’est un isolant naturel. 

Le lin possède des coloris naturels qui varient des nuances d’ivoires, de bronze en passant par le gris. Le blanc n’est obtenu que par divers procédés de blanchiment. 

L’une des caractéristiques de la fibre de lin, va avec sa solidité : il est très rigide. Néanmoins, pas d’inquiétudes, la fibre commencera à se ramollir avec le temps et au fil des lavages. C’est pour cette raison également qu’il est important de ne pas tricoter trop serré pour éviter de maltraiter votre fil. Il ne réagira pas comme la laine, il ne se laissera pas faire et il vous faudra apprendre à le gérer. Une fois que c’est fait, vous n’aurez plus de difficultés à le tricoter, c’est un coup d’aiguilles à prendre 😉

Les propriétés du lin

La fibre de lin étant une fibre végétale naturelle, elle comporte une énorme quantité de “trous”, cela permet à l’air de circuler même à travers le vêtement, c’est ce qui rend le lin si agréable à porter en été. La longueur des fibres varie entre 25 et 150 mm et ont un diamètre de 12 à 16 micromètres. Il en existe deux variétés : une fibre plus longue (lignes) produira un fil très lisse et fin alors qu’une fibre courte (étoupes) donnera une sensation plus rustique et un fil plus épais. 

Le lin aurait des propriétés cicatrisantes et permettrait même de réduire les affections comme l’arthrite et la dermatite. Les Égyptiens utilisaient le lin pour sa capacité naturelle à repousser les micro-organismes. On sait que le lin est une fibre tolérée par les personnes souffrant d’allergies et de problèmes de peau. 

Petit à côté intéressant : le lin est une ressource renouvelable et pourrait être beaucoup plus écologique que le coton. Il nécessite beaucoup moins d’utilisation de pesticides et d’engrais artificiels. Il pousse mieux selon les méthodes agricoles traditionnelles où les cultures sont en rotation et les champs sont laissés en jachère. Il bénéficie également d’une plus longue durée de vie. Il est cultivé depuis des milliers d’années et toujours dans le plus grand respect de l’environnement. C’est une plante qui pousse naturellement avec très peu de produits chimiques utilisés (beaucoup moins que d’autres cultures). Aucune irrigation n’est nécessaire pour la culture du lin . Le lin est doux pour la terre et est facile à intégrer aux cycles de rotation des cultures modernes. Le traitement des fibres nécessite très peu d’énergie et ne nuit pas à la nature.

Le filage du lin

Il faut savoir que le lin peut être filé de trois manières : filé humide, filé semi-humide ou filé à sec. 

Le filage humide est préconisé pour les fibres de lin les plus longues et les plus fines, ce qui signifie, pour faire au plus simple, que la fileuse incorpore de l’eau chauffée avant le roulage du fil. Ceci est fait pour gonfler le fil fin afin de rendre le processus de filage possible. Le filage humide donne un aspect lisse et brillant. 

Les fils plus courts sont généralement filés semi-humide ou filé à sec ce qui donne une apparence plus irrégulière, plus “rustique”.

Choisir le bon lin pour ses projets

Vous l’aurez compris, la composition des pelotes de lin peuvent être plus ou moins adaptées à certains projets : 

  • Pour une pelote 100 % lin, vous avez une pelote classique. Elle a toutes les capacités du lin (solidité, grande capacité d’absorption…). Elle sera parfaite pour les hauts d’été, les pulls, les cardigans, les écharpes et les châles. Dans tous les cas, évitez les projets qui ont besoin d’être élastiques comme les chaussettes, les mitaines, les bonnets…
  • Avec une pelote de lin mélangé à de la viscose (on est généralement sur du 60% viscose et 40% lin), vous aurez mélange intéressant qui aura une texture plus douce et moelleuse tout en conservant souvent la brillance du lin. Le drapé de la laine sera également particulièrement sympathique. Il sera parfait pour les vêtements qui demandent un drapé léger et légèrement structurant. 
  • Avec une pelote ayant un mélange lin, soie et laine, on aura souvent un mélange au toucher rustique dût au lin. Il sera un fil très chaud tout en étant fluide et léger. Il se ramollira également au fil des lavages. 
  • Si vous avez une pelote avec un mélange coton et lin (généralement, on est sur du 60% coton et 40% lin), la texture de la fibre sera légèrement épaisse. Le fil se ramollira au fil des lavages. C’est un fil qui sera parfait pour les saisons chaudes et froides. Le coton ajoutera de la douceur à la fibre tandis que le lin ajoutera de la résistance et de la structure.

Mes petits conseils pour bien tricoter le lin

Lorsque l’on prend cette fibre en main la première fois, c’est un peu déroutant…elle n’agit pas du tout de la même façon que la laine (ou un mélange de laines). N’étant pas élastique, je vous conseille de laisser glisser le fil entre vos doigts, essayez de ne pas le maltraiter et de ne pas la tricoter trop serré. 

Deuxième conseil : ne prenez jamais (j’ai bien dit jamais) votre fil au centre…ça va être l’apocalypse sinon ^^ Plus sérieusement, le fil a tendance à s’enchevêtrer donc prenez le sur le côté, cela vous épargnera des prises de tête. 

Je vous conseille également de tricoter avec des aiguilles en bois pour le coup 🙂 Si vous tricotez du lin avec du métal, la fibre glissant déjà beaucoup, il vaut mieux des aiguilles avec des matières qui vont la retenir comme le bois ou le bambou. 

Pour cette fibre, l’échantillon est également obligatoire ! Je vous rappelle que le lin se ramollit au lavage donc si vous voulez éviter les mauvaises surprises, faites un échantillon, lavez-le et bloquez-le pour tester la réaction du fil.

J’espère que cet article vous aura été utile et vous permettra de mieux connaître cette fibre qu’est le lin 😉 Et vous, avez-vous déjà tricoté du lin ? Quelle pelote de lin utilisez-vous ? 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aliquam quis, at fringilla consequat. venenatis, ante. mattis ipsum ut luctus libero